La mode chez les jeunes, danger ou bienfait?

Thèmes

chez amis argent background bonjour bonne cadre chez enfants fashion femmes fille

Rechercher
Derniers commentaires

je ne pense pas k on peu seulement se faire remarquer par son style vestimentaire mais particuliairem ent par
Par leusseuk, le 02.02.2014

oui tout a fait raison mais d'un autre , de nos jours on vis dans un espace social ou ce phénomene est devenu
Par inconnu , le 05.05.2013

effectivement, la mode n'est pas un remède miracle pour les ados mais elle contribue à leur image et à cet age
Par le dain, le 04.02.2013

azi mais il ramene pas riz cantonais jlaime pa il veut trop faire la riz-volution lui http://shaloms alamsalut
Par Sauce+Biggi, le 13.11.2012

vazi j appelle sauce soja ossi va ramener des nemshttp://sau ce du monde.centerbl og.net
Par biggyburger, le 13.11.2012

Voir plus

Articles les plus lus

· Débat: la mode chez les ados?
· Le language muet de l’habit
· La mode chez les ados : Pour quoi ?
· D’où vient la mode de nos ados ?
· Jamais sans mes « Converse »

· L'enfance volée?
· je t’aime moi non plus...
· Conclusion
· introductionau sujet

Voir plus 

Statistiques

Date de création : 07.04.2011
Dernière mise à jour : 08.04.2011
9 articles


Conclusion

Publié le 08/04/2011 à 13:01 par thomasgenetcours Tags : chez mode

Notre sujet était la mode chez les jeunes.

Je pense donc qu’il faut le conclure, donc pour conclure, la mode a de bon cotés mais il faut que les parents mettent des limites pour que tous ce passe bien.



L'enfance volée?

Publié le 07/04/2011 à 23:44 par thomasgenetcours Tags : texte chez mode cadre femmes enfants fille jeux image homme film message

Voici un texte éffarent:

La mode actuelle chez les jeunes filles annoncerait une sexualisation précoce et le retour en force des stéréotypes sexuels

 

Elles ont entre 8 et 11 ans. Elles portent déjà un gilet bedaine - et souvent un bijou dans leur nombril percé -, un jeans taille basse - et son inséparable allié, le string -, du maquillage abondant et des souliers à talon qui leur donne un déhanchement provocant. Elles ont encore l'âge de "jouer à la madame", mais elles y jouent pour vrai. 

Cette génération d'"ados-naissantes" préoccupe les chercheures en études féministes. "On assiste à un retour en force des stéréotypes sexuels et à l'affirmation de la personnalité basée uniquement sur les apparences. Et tout ça se déroule dans l'indifférence générale", déplorait Pierrette Bouchard, titulaire de la Chaire d'étude Claire-Bonenfant sur la condition des femmes, lors d'une conférence prononcée le 25 septembre, dans le cadre des activités de la Chaire et du Groupe de recherche multidisciplinaire féministe de l'Université.

La sexualisation précoce des jeunes filles de 8 à 11 ans transforme des enfants en petites femmes sexuées, constate Pierrette Bouchard. La différence entre les vêtements destinés à ces jeunes filles et ceux de leur grande soeur de 18 ans n'est souvent qu'une question de taille. Pendant ce temps, les garçons de 8 à 11 ans continuent à s'adonner à des jeux de leur âge. "La socialisation différentielle des sexes est considérée comme normale, si on en juge par l'absence de réactions dans la population", souligne la chercheure.

Une logique économique
Ce phénomène de sexualisation précoce des jeunes filles est apparu dans une logique économique de segmentation des marchés, poursuit Pierrette Bouchard. "Il ne faut pas y voir une réaction contre le mouvement féministe. C'est juste un nouveau marché à exploiter. Sa valeur atteindrait 170 milliards de dollars par année aux États-Unis seulement. Pour accaparer ce marché, les entreprises se disputent une clientèle de plus en plus jeune."

L'intention derrière cette mode est d'inventer des besoins inutiles pour les 8-11 ans, dans l'espoir de leur fourguer des produits tout aussi inutiles. Ce groupe d'âge fait l'objet d'innombrables études de marché, et les magazines spécialisés, destinés à cette jeune clientèle, font la promotion de ces produits. Selon une étude menée par l'étudiante-chercheure Caroline Caron, plus de 50 % du contenu de ces magazines concerne l'apparence physique. "Le principal message adressé aux jeunes lectrices est simple: il faut charmer, plaire et séduire, résume Pierrette Bouchard. C'est un message dangereux à un âge où l'on n'a pas encore d'identité propre et où la pression à la conformité est grande. Les entreprises utilisent le besoin d'affirmation des jeunes filles pour leur vendre des produits." Toutes les modes procèdent de la sorte, reconnaît la chercheure, mais ce qui est différent ici est le très jeune âge du groupe cible et sa vulnérabilité.

Girl Power?
Le résultat très apparent de cette mode est la sexualisation précoce du corps de la jeune fille. Les Spice Girls, Britney Spears et Christina Aquilera du jour viennent renforcer ce mouvement. Même le cinéma américain, avec un film comme American Beauty, contribue à lever le tabou sur les relations sexuelles entre un homme adulte et une jeune adolescente, avance Pierrette Bouchard. "Les filles croient que c'est correct de s'habiller et d'agir comme si elles avaient plusieurs années de plus. C'est valorisant parce que ça attire les garçons plus âgés. Des chercheurs ont écrit que, dans les années 1950, une jeune fille de 11 ans était perçue comme une fillette, alors qu'aujourd'hui, elle est une cible sexuelle." 

Un autre effet pervers de cette mode est que les jeunes filles misent sur l'apparence physique pour être valorisées, pour s'affirmer, ce qui crée une forme de dépendance envers les produits qu'elles utilisent pour se composer une image. "La sexualité est affichée comme un contre-pouvoir féminin, une sorte de Girl Power. La formation identitaire de la jeune fille est axée sur la sexualisation précoce de ses rapports avec les garçons. Ça réduit énormément leur potentiel parce que le paraître est un pouvoir limité et éphémère. Je crois que la société ne mesure pas bien ou banalise les enjeux et les conséquences de cette mode", affirme la chercheure.

Au cours des prochains mois, Pierrette Bouchard et d'autres chercheures en études féministes entreprendront des travaux sur cette thématique de recherche. "Nous en sommes encore au stade de démarrage, mais nous souhaitons explorer, entre autres, comment l'éducation à la consommation pourrait aider les jeunes à développer leur jugement critique face aux modes et comment on pourrait les conscientiser à s'affirmer autrement que par les apparences."

Jean

D’où vient la mode de nos ados ?

Publié le 07/04/2011 à 23:25 par thomasgenetcours Tags : bonjour mode

Bonjour,

J’ai trouvé d’ou vient la mode de nos ados.

et la réponse est de partout. Il suffit de regarder les tabloïds, ou les clips sur les chaines musicales, pour connaitre l'origine de l'inspiration des ados pour la mode. Les adolescents sont sensibles aux stars qu'ils adulent ou exècrent. Les magazines et autres émissions destinés aux jeunes, les informent de la position de la star : Up ou Down. C'est un véritable baromètre pour lesadolescents. Les génies du marketing l'ont bien compris puisqu'ils savent exactement vers qui ils doivent se tourner pour rendre leur produit attractif. Le voir sur le dos d'une star has-been est la pire chose qui puisse arriver à un produit en quête de clientèle.

Jamais sans mes « Converse »

Publié le 07/04/2011 à 22:34 par thomasgenetcours Tags : argent mode

Kaporal, Gstar, Oxbow, Diesel, Roxy, Le temps des cerises, Eastpack, Von Dutch... Il y a des chances pour que vous connaissiez l'importance de ces marques, surtout si vous avez un spécimen ado dans votre entourage immédiat.
Ne pas suivre la mode, entraîne un danger potentiel : celui de se faire jeter par les autres. L'ado est cruel, s'il perçoit que son congénère n'est pas estampillé selon les normes en vigueur, il peut l'excommunier. C'est la raison pour laquelle les adolescents sont si sensibles à la mode
L'aspect extérieur
est le code pour reconnaître la tribu à laquelle l'ado est apparenté. Or qui dit vêtement non griffé, dit peu ou pas d'argent, donc pas de reconnaissance sociale et c'est ce qui terrorise l'adolescent.

La mode chez les ados : Pour quoi ?

Publié le 07/04/2011 à 20:32 par thomasgenetcours Tags : musique soi mode

 

Les ados, éprouvent le besoin de se démarquer des adultes et d'appartenir à une tribu. Il est primordial à leurs yeux d'être reconnus par leurs pairs et de garder une distance poli avec les « autres ». En première ligne, l'ennemi public numéro un : les parents, ces empêcheurs de tourner en rond. En soulignant leur différence avec leurs parents, en suivant des modes auxquelles ces derniers n'adhèrent pas, les adolescentssoulignent leur mouvement contestataire.

Le language muet de l’habit

Publié le 07/04/2011 à 20:28 par thomasgenetcours Tags : mode musique soi
Le language muet de l’habit

Le vêtement est une expression de l’identité. Mais exprime-t-il une identité propre, ou celle d’une tribu? Les adolescents observés dans la rue ou dans la cour d’école peuvent être catégorisés. La mode, un mode d’expression? Décodage.

Choisir ses vêtements: un acte qui n’est pas innocent, quand trouver un style, c’est trouver un clan

 

Le vêtement peut être considéré comme un langage. Muet bien sûr, mais langage tout de même puisqu’il en dit long sur celui qui le porte. En ce sens, il fait partie de la construction de l’identité. Mais à regarder la file des adolescents qui se dirige vers le CO et le Collège du Sud, une sorte d’uniformisation est bien visible. Alors le vêtement, traduction ou trahison de soi?
Le microcosme de la cour de récréation est régi selon des règles très dures. Un élève peut être rejeté par ses camarades parce qu’il n’est manifestement pas dans le coup. «Mieux vaut éviter d’être ringard», disent en chœur les adeptes de musique rap rencontrés (voir encadré). En effet, pour éviter l’exclusion, il faut se fondre dans le groupe, appartenir à une tribu. «Les jeunes ne veulent surtout pas porter d’uniforme, mais ils sont tous en uniforme!» note Laurent Bornoz, vingt ans de commerce textile derrière lui – aujourd’hui directeur du centre commercial Fribourg-Centre. Le rattachement à une communauté apparaît comme essentiel. Trouver un style, c’est trouver un clan.
L’univers musical, en particulier, véhicule des images qui seront récupérées par les adolescents. Le style de tel ou tel rappeur, ou celui de telle ou telle chanteuse sexy se retrouve dans la rue. «Nous pourrions même deviner quel est le disque qui se vend le mieux en fonction du style des filles qu’on voit le plus dans la rue», raconte Laurent Bornoz.
Le style vestimentaire peut donc être assimilé à un code d’appartenance au groupe. Appartenance recherchée ou imposée?

Obéissance aux diktats
L’adolescent en quête d’identité est parfois amené à renoncer à son individualité. Malgré sa liberté de choix, il se retrouve canalisé dans certains mouvements. Cette liberté ne semble ainsi guère véritable, puisqu’elle obéit aux diktats d’une économie de marché, servie par la publicité et la stra-tégie marketing. Prenons l’exemple que donne David Seydoux, 
économiste d’entreprise. Bien qu’elle ne soit pas encore arrivée jusqu’en Gruyère, une nouvelle stratégie est de plus en plus utilisée par les marques: le «street marketing». Les commerciaux repèrent un jeune leader, dans la rue ou dans une cour d’école. Ils lui proposent ensuite de l’habiller gratuitement, des pieds à la tête. Alors, de discours en démonstrations, le jeune choisi fera vendre la marque.
La publicité ne manque pas non plus de stratégies. Pour enrégimenter son public cible, elle s’appuie sur quelques mots d’ordre comme le culte du héros – «Identifiez-vous à telle personnalité!» – la nouveauté, les modes – «Ne soyez pas ringards!» – l’attrait du plaisir – «Amusez-vous!» La combinaison de ces vecteurs donne ainsi le modèle du slogan publicitaire: «Imitez la star S, soyez in, achetez la marque M!»
Leurs besoins d’identification ainsi exploités, il devient alors difficile pour les adolescents de définir et d’exprimer leur identité propre. Leur choix se portera peut-être sur la marque M, sur le pantalon XXL taille ultrabasse pour lui, string et taille basse pour elle... PR

je t’aime moi non plus...

Publié le 07/04/2011 à 10:54 par thomasgenetcours Tags : chez bonne france enfants musique fille livre argent pub mode jeux fashion background

 

L'argent de poche reçu chaque année par les jeunes âgés de 8 à 18 ans serait de 1,5 milliard d'euros, d'après l'enquête Consojunior effectuée par TNS Media Intelligence en mars 2004. Et que font-ils de tout cet argent ? Il le dépense ! Ainsi, pour les filles, les vêtements et les chaussures sont le premier poste de dépense et pour les garçons, ils arrivent en deuxième position, supplantés par les jeux vidéos.
Fort de ces chiffres, les professionnels du textile et de l'habillement voient bien le potentiel de cette clientèle. En effet, d'une part, les jeunes influencent le choix des adultes, en témoigne une étude Ipsos-Sofinco, réalisée auprès des parents européens en avril 2003, dans laquelle "la plupart des parents estiment l'influence de leurs enfants sur les achats de vêtements à 84 %". D'autre part, ils sont les consommateurs adultes de demain. Or, on estime que sur dix marques consommées par les 25-35 ans, sept ont été portées dès l'adolescence. C'est pourquoi, les industriels mettent tout en oeuvre pour les séduire. Notons par exemple que dans la dernière campagne Dior, c'est la jeune Riley Keough, âgée de 16 ans, qui représente la griffe.

Les ados sont chouchoutés. Les Galeries Lafayette leur consacrent un espace de 4 000 mètres carrés : le Lafayette VO. Avec 150 marques plus fashion les unes que les autres et des animations comme les ateliers customisation ou un DJ résident qui mixte, cet endroit devient un temple de la  de la jeunesse branchée parisienne. Un concept qui, si il marche, pourra voir le jour dans d'autres villes françaises. Mais attention, les ados savent ce qu'ils veulent et ne sont pas forcément fidèles. Les marques se doivent donc d'être à leur écoute et de réagir, de se renouveler, selon les envies et souhaits de ces petits consommateurs exigeants et avertis. Pour preuve, la lingerie connaît depuis quelques temps un grand succès auprès des jeunes et de nombreuses marques de prêt-à-porter (Diesel, Rip Curl, Lulu Castagnette, Morgan...) se sont lancées sur ce créaneau.

"Dis moi comment tu t'habilles, je te dirai qui tu es"
A chaque style vestimentaire correspond une tribu. Décryptage par Lysiane de Royère du bureau de tendance Promostyl :
- Les show off :ils sont proches de l'esprit rappeur. Au niveau de la musique, ces jeunes aiment le Rnb et le Rap principalement. En mode, c'est la rencontre entre un style clinquant à l'américaine et un urban wear technique. Ils portent ainsi des vêtements et des accessoires très flashy, avec du strass pour les filles.
- Les passionnés : ce sont des ados engagés, passsionnés, avec beaucoup de tempérament. Ils sont proches de la culture hip-hop hispanique et se reconnaissent dans des stars telles que Shakira ou Eva Longoria. Ils associent jeanswear et accessoires porte-bonheur, gris-gris...
- Les ludiques : ce sont les ados qui ne se prennent pas au sérieux, qui affichent le style girly. Ils copient le look de Paris Hilton ou de la chanteuse Gwen Stefani. Leur mode se résume à une touche de rétro associée à des matières techniques.
- Les anti-conformistes :écologie, nourriture bio ou fusion, sont importants pour les jeunes de cette tribu, en nombre plus restreint. Ils sont anti-pub, suivent le mouvement "no logo" et portent donc des vêtements sans griffe.

Si vous ne retrouvez pas votre fils, votre fille, votre frère ou votre soeur dans ces tribus, pas de panique. Il n'est pas forcément évident de réduire un ado à une catégorie. En tout cas, comme le souligne Lysiane de Royère, "la jeunesse actuelle a de l'audace, aussi bien au niveau de l'attitude qu'au niveau vestimentaire et elle sait ce qu'elle veut". Les professionnels de la mode n'ont qu'à bien se tenir !

Les marques plébiscitées par les ados
Selon l'enquête de l'Union des Familles en Europe, les marques préférées des ados sont, du côté des chaussures, Nike, Puma, Adidas puis les Converse All Stars. Pour les pantalons, ils ont une prédilection pour Diesel puis pour Cimarron, Levis et Gap. Quant à leurs marques de pulls favorites, ce sont Gap, Zara, Lulu Castagnette, Ralph Lauren, Quicksilver, Jennyfer et Pimkie.
Pour les chemises : Ralph Lauren, Zara (filles), Eden Park, Lacoste, Quiksilver, Jennyfer et Pimkie sont les plus appréciées. Enfin, Eastpack, pour les sacs à dos et Nike, Lacoste et Von Dutch pour les casquettes sont les griffes plébiscitées par les juniors. Mais pour combien de temps ?

La mode comme facteur d'intégration
Il ressort d'une enquête réalisée par l'Union des Familles en Europe que "certains collégiens sont rejetés par leurs camarades parce qu'ils ne sont manifestement pas dans le coup". La mode est donc perçue comme un facteur d’intégration chez les jeunes. Si cette affirmation doit être nuancée pour les lycéens, elle est assez flagrante chez les collégiens comme l'a confirmée à Lexpress.fr le 29 août dernier le sociologue Michel Fize, coauteur de l'ouvrage Le Bonheur d'être adolescent : "Le conformisme vestimentaire atteint son paroxysme au collège. Le jeune se précipite pour revêtir les attributs qui vont faire de lui un adolescent accompli : la parure opère comme un signe de reconnaissance. Une pression telle s'exerce pour avoir le bon look, les bonnes marques, que le jeune n'a pas le choix d'être différent, d'autant plus que, entre 11 et 15 ans, les capacités personnelles sont trop peu affirmées pour se dégager de l'emprise du groupe." Ces deux auteurs expliquent encore dans leur livre que "plus l'adolescent vieillit, moins il semble sensible aux marques".
Les ados peuvent donc, en usant d'habiles arguments liés à leur bonne intégration au groupe, inciter leurs parents à acheter des vêtements de marque mais aussi et surtout, des chaussures de marque. En effet, pour 96 % des garçons et 76 % des filles interrogés, la chaussure se trouve être la pièce de vêtement qui doit avant tout être griffée, et ce pour le plus grand bonheur de marques telles que Adidas, Puma, Nike...

Débat: la mode chez les ados?

Publié le 28/03/2011 à 18:23 par thomasgenetcours

Beaucoup de jeunes pensent qu’en s’identifiant par les vêtements, les marques et les looks, voir même les appartenances aux groupes... qu'ils seront peut-être mieux acceptés soit à l'école, dans la rue,... tout simplement dans la société.

Qu’en penser-vous?

introductionau sujet

Publié le 16/03/2011 à 10:44 par thomasgenetcours Tags : chez enfants amis mode

La mode vestimentaire chez les adolescents

Nous ne pouvons pas le nier, chaque jeune a un comportement, un style vestimentaire, des activités voire mêmes des choses qu’ils s’interdisent de faire ce qui s’apparente à une mode bien précise. Les «skateurs» pratiqueront du skate, du BMX, de la trottinette ou bien feront du rollers en skatepark. Ils porteront des marques tel que Volcom, ZERO...  et ils n’aimeront pas, presque à coup sûr, les marques comme Airness, NIKE...

Mais alors faut-il s'inquiéter pour nos ados quand  il ont trouver un style?

Tout d’abord, je dirais que la mode vestimentaire est un bénéfice pour les enfants. Les

ados, en adoptant un style vestimentaire entre dans un sphère sociale, il va appartenir à un groupe. Appartenir à un groupe va lui être bénéfique pour pouvoir s’affirmer et pouvoir évoluer.

La mode vestimentaire de nos jours agit sur le comportement social des adolescents. En effet malgré les avantages qu'elle présente, elle a aussi des dangers qu'il ne faut pas ignorer.

En effet, sous l'influence de cette mode, certaine personne sont capable de tout pour obtenir les vêtements sortis dernièrement dans leur pays pour montrer qu'ils sont plus branchés que leurs amis.Il y a eu même des cas de filles qui allaient jusqu’à se prostituer pour pouvoir s’acheter les derniers vêtements à la mode.De plus, certaines personnes Vont jusqu’à frapper ou se battre avec certaines personnes juste parce qu’il n’ont pas le même style qu’eux se qui est très grave.

Pour moi,La mode est un bien fait pour les ados tant que cela est encadrer par les parents pour qu’il n’y est pas des débordements.





DERNIERS ARTICLES :
Conclusion
Notre sujet était la mode chez les jeunes. Je pense donc qu’il faut le conclure, donc pour conclure, la mode a de bon cotés mais il faut que les parents mettent des limit
L'enfance volée?
Voici un texte éffarent: La mode actuelle chez les jeunes filles annoncerait une sexualisation précoce et le retour en force des stéréotypes sexuels   Elles ont entre 8 e
D’où vient la mode de nos ados ?
Bonjour, J’ai trouvé d’ou vient la mode de nos ados. et la réponse est de partout. Il suffit de regarder les tabloïds, ou les clips sur les chaines musicales, pour connai
Jamais sans mes « Converse »
Kaporal, Gstar, Oxbow, Diesel, Roxy, Le temps des cerises, Eastpack, Von Dutch... Il y a des chances pour que vous connaissiez l'importance de ces marques, surtout si vou
La mode chez les ados : Pour quoi ?
  Les ados, éprouvent le besoin de se démarquer des adultes et d'appartenir à une tribu. Il est primordial à leurs yeux d'être reconnus par leurs pairs et de garder une d